Un monde magique ou tout peu arriver.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'histoire de Tokann Väejii

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tokann

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 22/12/2009

MessageSujet: L'histoire de Tokann Väejii   Mar 22 Déc - 15:41

Tokann Väejii

Nom : Väejii, un nom donné par son père en épousant sa mère et que Tokann méprise.
Prénom : Tokann
Surnom/pseudo : A l'âge de vingt ans, Tokann s'inventa le nom de "Tokann des Montagnes", mais personne à part lui ne connaît ce pseudo.
Age : environ 25 années
Espèce : Humain
Origine : Provient d'un chalet isolé en pleine montagne enneigée.
Alignement : Mauvais
Signe particulier : Attachée autour de son cou, une ficelle à laquelle pend une canine de tigre. Un tatouage représentant un dragon rugissant orne son épaule droite.
Métier: Voyageur
Passion : Tokann aime les armes, les adore. Mais c'est les épées qu'il vénère.
Créatures possédées: Tigre : Kaerik
Rang : Un simple homme, mais arrogant comme il est, il semble penser tout autrement...
Arme possédées : Une longue épée à la lame extrêment luisante ; Tokann l'astique tous les jours. La poignée en argent de l'épée est incrustée d'une grosse pierre précieuse de couleur noire dont personne ne connait le nom.
Points forts : Grâce à sa fascination pour les épées, Tokann les manie à merveille. Il sait également se battre au corps-à-corps.
Points faibles : Mais Tokann nie les autres armes car elles sont, selon lui, « indignes de lui ».
Profession : Tokann n'a jamais eu de métier.
Plus grande peur :Que l’on découvre son secret pourtant si bien gardé...

Description physique : Plutôt joli garçon, Tokann attire nombre de filles autour de lui mais, de toute évidence, elles ne savent pas réellement qui il est. Ses longs cheveux noirs et brillants atteignent le bas de son dos et lui gênent sans arrêt la vue, mais pour rien au monde il ne les aurait coupés. Ils sont le plus souvent attachés en queue de cheval, noué pas une simple lanière de cuir. Ses yeux d'un bleu très pâles si envoûtants sont ornés d'épais sourcils noirs, froncés la plupart du temps. Au bas de son visage, une barbe mal rasée, piquante et rugueuse. Tokann est plutôt de grande taille, atteignant les 1m90. Ils est également musclé, ce qui constitue un avantage lors de combats rapprochés. Il est généralement vêtu d’un vieux pantalon troué et d’un gilet sans manche en peau de loup, laissant à découvert ses bras extrêmement poilus (peut être le sont-ils en raison de ses origines montagnardes ?). Il est également chaussé de bottes montantes en fourrure de caribou, sans doute chassé en pleine fôret.

Description psychologique :Nombre de personnes, surtout les femmes, se fient à l’apparence de Tokann, et, par conséquent, pensent qu’il s’agit d’un homme bon et honnête. Pourtant, Tokann est tout le contraire… Arrogant, menteur et voleur, il n’est pas ce que l’on croit. Depuis son enfance, il vole tout ce qui l’attire et attaque chaque personne qu’il n’apprécie pas. Il est assez profiteur et ne rate jamais l’occasion d’amadouer quelqu’un de trop naïf… Qu’est ce qu’il ne ferait pas pour quelques pièces d’or ? Car Tokann et sa famille n’ont jamais été fortunés, loin de là. Peut être est-ce la raison de son irrépressible manie de voler ? Mais peu importe à Tokann…du moment qu’il obtient ce qu’il veut. Etrangement, Tokann semble ne commettre ses méfaits qu’aux autres hommes. Non pas aux femmes. Sûrement du fait de la trahison de son père et de la mort de sa mère, qu’il chérissait tant, par la suite ?
Rêve secret : Tokann est bourré d’espérances, d’aspirations…qui malheureusement s’avèrent irréalisables… Mais, depuis ses quinze ans, il recherche désespérément le grand amour, qu’il était persuadé de ne jamais rencontrer. Tokann ne l’aurait avoué pour rien au monde, même si sa vie en dépendait. De quoi aurait-il l’air si tout le monde savait que, lui, Tokann, le garçon mauvais et insensible, cherchait l’amour comme un mineur cherchant pierres précieuses ? Il serait ridiculisé… Il se jura par la suite de supprimer quiconque qui, par un grand hasard, le découvrirait…

Histoire de Tokann :

…Tokann était âgé de deux ans…

Tokann vivait tranquillement dans son chalet en compagnie de ses parents, qui le dorlotaient et le gâtaient de friandises. Tokann était un petit garçon adorable aux joues bien roses et rebondies. Son vocabulaire ne comportait que les mots « Veux ça ! » et « Veux pas ! », qu’il utilisait régulièrement. Il jubilait aussi des « gaga ! » et des « areu ! », mais ces mots ne signifiaient rien de particulier, alors personne n’y faisaient attention. Tokann savait marcher et courir, et en profitait pleinement lorsque ses parents le sortaient dans la montagne. Il tombait parfois dans la neige, face contre terre, mais rien ne lui arrivait à part un grand rire incontrôlé. Alors il se relevait et continuait sa course entre les sapins, sous les regards amusés des parents.
Ce soir là, il neigeait abondamment au dehors, et on ne pouvait rien apercevoir à travers la petite fenêtre carrée du chalet. Un grand feu ronflait et crépitait dans la cheminée, au grand plaisir de la petite famille se trouvant à proximité. Un bambin poussait de petits cris de jubilations, et approchaient ses petites mains potelées des flammes, dans l’espoir de les réchauffer. Il était habillé d’un grand manteau en peau de loup, et son immense capuche traînait par terre. Une femme aux cheveux noirs de jais et aux yeux bleus se trouvait agenouillée auprès de lui, et lui souriait d’un air attendri. Son père, lui, était parti à la chasse en espérant de trouver caribous et chevreuils capables de tous les nourrir. Soudain, sans prévenir, on tambourina avec force à la porte. La femme se leva d’un bond, et se hâta d’aller ouvrir. Un grand homme aux cheveux blonds et aux yeux bruns se tenait sur le seuil, avec dans les bras un cadavre de renne.

-Areuh ! s’écria le bambin en brandissant ses petits poings.

L’homme lâcha immédiatement le corps du renne et se précipita vers son fils. Tandis que ce dernier braillait de contentement, il le prit dans ses bras. La mère vint les rejoindre, souriante, prit son époux par les épaules et se serra contre lui. Ils étaient tous trois unis…
Tout était bien...

…Tokann était âgé de huit ans…

Tokann n’était plus le petit bambin rose et frais. Il avait grandi et savait parler. Toutefois, le comportement de ses parents à son égard n’avait pas changé : Tokann était toujours aussi chéri et gâté. Il avait le pouvoir sur ses parents. Toutefois, il les aimait plus que tout, en particulier sa mère. Elle qui lui ressemblait tant… Malheureusement, les temps devenaient sombres à Lantaï…mais aucun d’entre eux ne le savait encore.
Le printemps avait laissé place à l’été, et la neige restante avait complètement fondue, découvrant à présent une herbe bien verte et grasse. Les premières fleurs avaient fait leur apparition, les lapins et les écureuils refaisaient surface et se montraient régulièrement. Tokann sortait beaucoup dehors afin d’explorer les environs. Quand il rentrait, il était toujours chaleureusement accueilli par ses parents, qui lui avaient préparé une tasse de chocolat, même si le soleil brillait de toutes ses forces dans le ciel bleu. Tokann faisait ce qu’il voulait, tout ce qui lui plaisait sans que ses parents ne le grondent… C’était la vie rêvée pour un garçon pourri gâté.
Mais quelque chose vint troubler sa vie si parfaite et si confortable…
C’était une belle nuit. Il faisait chaud, et la lune étincelait de mille feux à côtés des étoiles. La petite famille dînait paisiblement de la viande de caribou. Tokann avait réclamé une deuxième portion et, évidemment, l’avait obtenue et mangeait le tout avec avidité. Devant lui, une tasse de chocolat d’où s’échappait en continu un mince nuage de vapeur, ce qui tendait à signifier qu’elle était toute chaude et qu’elle venait d’être préparée. Le chant des grillons retentissait avec force au dehors, et une faible brise secouait les branches des sapins, ce qui produisait constamment de faibles sifflements. Mais, brusquement, un autre son que le frottement des branches se fit entendre.

- Qu’est ce que c’est ? demanda Tokann en donnant un coup de fourchette dans sa pomme de terre.

-Je ne sais pas, mon chéri, répondit sa mère, mais on dirait des hurlements, ajouta t’elle d’un air anxieux.

Et elle avait raison. C’était bien des hurlements qui retentissaient dans les montagnes, probablement poussé par des hommes. Mais autre chose accompagnait ce cortège.

- Des tigres…ils ont des tigres avec eux ! s’affola alors le père.

Tokann ouvrit des yeux ronds comme des balles. Des tigres…oui, il en avait entendu parler, mais n’en avait jamais vu. On disait que c’était des bêtes aux coups dévastateurs. Des bêtes élégantes et nobles. Des bêtes à la puissance hors du commun. Des bêtes qui lui étaient destinées…

- Papa, Maman, je VEUX un tigre ! ordonna Tokann, qui ne mesurait pas l’ampleur de la situation.

Mais les parents ne semblaient pas avoir entendu. Ils avaient le nez collé contre la vitre, tel des enfants devant un magasin de jouets. Tokann se leva également, contempla la fenêtre et vit des lumières léviter vers eux. C’était des torches. Il haussa les épaules, considérants que quelques torches ne méritaient pas son attention, et répéta d’un ton impatient en tapant les pieds sur le sol :

-JE VEUX UN TIGRE !!!

Mais son père et sa mère poussèrent à cet instant un hurlement de terreur. Un petit groupe se tenait sur le seuil de la maison. Une fraction de seconde plus tard, la porte se détruisit et un immense tigre noir s’engouffra dans le chalet, suivi d’un homme à la carrure imposante et muni d’une armure. Le père de Tokann hurla de frayeur et sortit en courant de la maisonnette en passant par la porte de derrière. L’homme imposant dit à l’animal :

- Pernn, mon Tigre, tue l’enfant.

Alors, c’était ça, un tigre ? Tokann imaginait cet animal beaucoup plus grand, capable de tuer quelque chose. Comment cette bête pouvait-elle faire mal à quelqu’un ? Mais Tokann ne connaissait pas le pouvoir destructeur des dents et des griffes. Au moment ou le tigre fondait sur Tokann, sa mère se releva et se jeta devant lui, le protégeant ainsi de l’attaque du fauve. Après avoir heurté violemment la femme, ce dernier se releva et tituba. La mère de Tokann profita de cet instant pour saisir un grand bâton. Le tigre poussa un rugissement aigu puis retourna à l’assaut. La mère de Tokann maniait le bâton avec une certaine habileté, mais l’animal avait tout de même le dessus… « Ne touche pas à mon fils, sale bête !!! », ne cessait-elle de vociférer. Soudain, le tigre cassa le bâton de son énorme patte, et la femme aux cheveux noirs se trouva alors désarmée. La bête soufflant comme un bœuf se jeta à la gorge de l’humaine, et y planta sauvagement les crocs. Du sang coulait de la blessure béante…la mère de Tokann était morte, elle ne réagissait plus. Tokann vit le tigre commencer à dévorer le corps de sa mère. Il était prêt à tuer le tigre à son tour, mais pile à ce moment, l’homme, qui affichait un sourire cruel, ordonna à son animal :

- Maintenant, tue le gamin !

A ces mots, Tokann se rua au dehors par la même sortie qu’avait empruntée son père. Il courut entre les sapins, les épicéas et les mélèzes… Il avait honte. Il avait honte de lui, mais surtout de son père. Pourquoi avait-il fuit, alors que sa mère, elle, avait combattu jusqu’au bout pour le sauver ? Un sentiment de haine brûla ses entrailles. Mais, pourquoi LUI n’avait-il pas sauvé sa mère ? En tout cas, il était sûr d’une chose. Il tuerait son père. Oui, il le tuerait pour châtier sa trahison…

…Tokann était âgé de dix-huit ans…

Tokann avait beaucoup grandi et mesurait plus de 1m90. Ses cheveux noirs s’étaient considérablement allongés. Son corps s’était musclé. Mais il était seul. Depuis l’assassinat de sa mère, il s’était réfugié dans un village Nordique. Il ne connaissait personne, et, de toute façon, ne voulait connaître personne. Il n’avait pas besoin d’amis… Depuis quelques temps, Tokann était obnubilé par une et une seule pensée : avoir un tigre. Quand il était gosse, il avait pensé que cet animal maléfique ne pourrait faire de mal à une mouche ; pour lui, c’était seulement une peluche grandeur nature. Mais la bête rayé avait fais ses terribles preuves devant lui lorsque sa mère avait succombé à ses crocs.
Et si lui possédait un tigre, il pourrait alors venger sa mère en lui ordonnant de planter ses canines à la gorge de son père. Et il avait entendu dire que des tigres étaient abrités par une sorte de grande tour noire, dressé quelque part dans le Nord. C’est ainsi qu’après une matinée de préparatifs, il partit à la quête de cette fameuse tour noire. Mais le voyage ne fut pas si facile car il ne savait pas où elle se trouvait. C’est ainsi qu’il commença à vagabonder dans le Nord, bravant le vent et la neige glacials, bravant les loups affamés, bravant son estomac criant famine. Mais c’est trois mois plus tard que Tokann aperçut une haute colonne noire au loin. Il se précipita vers la forme haute et noire, et, une fois devant la porte de chêne, il tambourina à la porte. Un homme vint lui ouvrir après une bonne dizaine de minutes d’attente, puis lui dit :

- Quoi ?!

- Donnez-moi un tigre, ordonna alors Tokann.

L’homme ferma la porte, mais Tokann plaça son pied entre le mur et la porte, si bien qu’elle ne pu pas se refermer.

- Donnez-moi un tigre. Vous avez des tigres , je le sais, et donnez moi-en un ! TOUT DE SUITE !!!

Tokann aperçut une épée à la poignée d’argent dans laquelle était incrustée une pierre noire. Aussi rapide que l’éclair, il la saisit et la brandit devant l’homme en hurlant :

- Donnez-moi un tigre ou bien je vous transperce de votre propre épée !!!

L’homme, terrifié, se précipita à l’étage, et revint avec une boule de poil dans les bras.

- Prenez-le, prenez-le ! s’exclama l’homme effrayé.

Puis il ferma la porte à la vitesse lumière en la verrouillant à double tour. Tokann avait pris le tigron par la peau du cou, en l’examinant attentivement. Son pelage était couleur de sable, et parsemé de fines rayures grises. De longues canines à la manière des tigres à dents de sabres de la préhistoire dépassaient de sa gueule. Cependant, sa queue était moins longue que celle d’un tigre standard et était pointue à l’extrémité. Le tigron avait bel et bien l’air puissant. L’ennuie, c’est que, en effet, ce n’était qu’un tigron…

- Promets-moi de grandir ! dit alors Tokann d’une voix amusée au tigron, qui poussa un petit miaulement.

C’est ainsi que, au fil du temps, Kaérik et Tokann forgèrent une belle amitié, même s’ils n’étaient pas du tout pareils.
Ils se rendirent à Lantaï. Kaerik devenait de plus en plus fort, et combattait sans peine les autres tigres. Tokann était pleinement satisfait.




CODE: ******* Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isio
Admin
Admin
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 22/11/2009

MessageSujet: Re: L'histoire de Tokann Väejii   Mar 22 Déc - 16:59

Bienvenue à Ifca Celeb.
Ta fiche est très bien. Ton histoiore avec ce tigre est étonante mais tu reste quand même dans le contexte du forum donc tout va bien !! Smile
Je déclare donc que ta fiche est validé et que tu commence l'aventure avec 350 Orïs.
N'oublie pas de remplir ton carnet de bord et ta signature.
J'espère faire bientöt un RP avec toi.


Dernière édition par Isio le Mer 30 Déc - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeifcaceleb.forumactif.com
Tokann

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 22/12/2009

MessageSujet: Re: L'histoire de Tokann Väejii   Mar 22 Déc - 17:32

Merci beaucoup pour cet accueil. J'espère aussi te retrouver bientöt sur les RP. Deux êtres mauvais face à face .... ça risque d'être mouvementé. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'histoire de Tokann Väejii   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire de Tokann Väejii
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ifca Celeb :: l'avant poste :: Le registre :: Fiche validées-
Sauter vers: